Cheickné Somane 5 Tamans
Djon bé sini don ? (Qui connaît l’avenir ?)
Cheick Siriman Sissoko
Handi-festival: LA 2è ÉDITION AURA LIEU DU 18 AU 20 OCTOBRE À BAMAKO
       
Festival Reggae : Sista Mam, à propos du mouvement reggae au Mali « On nous prenait pour des drogués ou encore des alcooliques »jeudi 4 février 2016 - samedi 13 février 2016

Description  

Dans le cadre de la 11ème édition du Festival Reggae dont elle est l’une des promotrices, Mariam Sangaré alias Sista Mam s’est confiée à depechesdumali.com. La première « reggae women » malienne, qui aborde tant de thématiques dans ses chansons, évoque un bilan qui se positive au fil des éditions.

 

1- Pourquoi un Festival Reggae à Bamako ? En quoi consiste-t-il ?

Le festival reggae du Mali est né dans la foulée de la célébration  du 50eme anniversaire de la naissance de Bob Marley à Addis-Abeba. Un anniversaire qui a été organisé d’abord par la fondation Bob Marley-Rita Marley en partenariat avec l’UNICEF, la Banque Mondiale, Union Africaine et le gouvernement d’Ethiopie. Suite a cela les « Rasta » du monde ont décidé d’instaurer un festival pour rendre hommage à Bob Marley et c’est dans ce cadre que nous « Rasta » du Mali avons décidé d’organiser ce festival.

2- Quel bilan tirez-vous des éditions précédentes ? L’évènement est-il suivi à hauteur de souhait par les Maliens ?

Un bilan positif, la population malienne perçoit mieux la philosophie « Rasta ». Au départ c’était très difficile pour nous, on sentait une certaine résistance de la société quand on partait à la recherche des sponsors. Ils nous prenaient pour des drogués ou des alcooliques mais à travers des conférences débats et autres activités que nous avons organisées, on a pu impulser un certain changement positif sur ce que l’environnement pense de nous. Aussi, on s’est vu obligé de revoir à la baise nos ambitions parce qu’on n’est pas soutenu à hauteur de souhait par le gouvernement à l’instar de la côte d’ivoire où le festival est pris en charge par le gouvernement. De ce côté nous aimerions lancer un appel à la République du Mali et au ministre de tutelle de fournir plus d’effort pour nous soutenir dans cette activité.

3. Parlez-nous de la date, du lieu et des innovations pour cette année ?

Le festival débutera demain jeudi 04 février 2016 à 16H au carrefour des jeunes. La cérémonie d’ouverture sera suivie d’une conférence débat sur le thème : « les causes et les conséquences de la perturbation climatique ». Nous avons fait appel au Ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement Durable, l’agence de l’environnement et du développement durable, et la Direction des eaux et forêts. Il y aura ensuite une présélection dans le cadre du concours de chant. L’objectif est de trouver un « Bob Marley malien » et de véhiculer le message que celui-ci a toujours mis en avant : le combat pour la paix et la réconciliation, et contre l’inégalité sociale.     

L’innovation de cette année est le concours de chant et j’aimerai faire un big-up à Mandjoul Music qui prendra en charge l’enregistrement du single du lauréat du concours, et Tériya Mali qui a sponsorisé cet événement à travers la réalisation du clip du lauréat.

Le programme se poursuivra le samedi 06 février à l’espace Exodus où aura lieu, à 20 heures, la finale du concours de chant. 

Il y aura également une projection d’image en hommage à Kalori Sory qui nous a quittés tout récemment. Qu’il repose en paix !

La soirée de clôture se fera au niveau du Musée national le samedi 13 février. Au menu : la prestation des finalistes du concours et celle des enfants de ministar, suivie d’un défilé de mode et d’un grand concert.

Propos recueillis par Mariétou Wélé Diallo

Depechesdumali.com  

 


 
 
 Propulsé par AllEvents